Translations Translations
Francis Cabrel Friedrich Löchner
Home page
On Translation Picodon Poetry
A translation of Francis Cabrel's song by Jean Gill
L’encre de tes yeux Drawn from your eyes
Puisqu'on ne vivra jamais tous les deux,
Puisqu'on est fous, puisqu'on est seuls,
Puisqu'ils sont si nombreux,
Même la morale parle pous eux,
J'aimerais quand même te dire,
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux.
Because we two will never live as one,
Because our madness ended in two lonely lives,
Whatever was, is over now and done -
A million reasons for a million whys
And you should know that - right or wrong -
All my words in every song
Draw from the blue-black of your eyes.
Je n'avais pas vu que tu portais des chaînes,
A trop vouloir te regarder
J'en oubliais les miennes.
On revait de Venise et de liberté,
J'aimerais quand même te dire,
Tout ce que j'ai pu écrire
C'est ton sourire qui me l'a dicté.
I didn't see your well-worn family ties
Too dazzled blind the while,
My bonds forgotten, loosed with lies
And dreams of freedom Venice-style
And you should know that - right or wrong -
All my words in every song
Reflect the treasure of your smile.
Tu viendras longtemps marcher
Dans mes rêves,
Tu viendras toujours du côté
Ou le soleil se lève,
Et si malgré cela j'arrive a t'oublier
Tout ce que j'ai pu écrire
Aura longtemps le parfum des regrets.
You will forever wander through
My sweetest dreams
You will forever catch my breath anew
In dawn's rose streams.
And if, in spite of this, I should forget?
I tell you this, that - right or wrong -
All my words in every song
Would fill the air with lingering regret.
Francis Cabrel translated by Jean Gill
C'était l'hiver - Winter
Back Back Top Top Home Page Home